samedi 28 mars 2020

Une excellente nouvelle pour la psychologie positive française !

Bonjour à Toutes et à Tous,
Ceux qui suivent mon blog savent combien les posts arrivent de manière irrégulière. Parfois il y a un laps de temps assez long et parfois c'est plus bref. C'est le cas maintenant mais c'est justifié nous pas les conditions de confinement auxquelles nous sommes tous confrontés mais par une excellente nouvelle pour tous ceux qui se demandent où se former en psychologie positive. Pour la plupart, vous savez déjà qu'il y a des Diplômes Universitaires qui ont ouvert plus ou moins récemment. Le premier à ouvrir a été celui de La Réunion à l'initiative d'Yvan Paquet, auteur de deux ouvrages majeurs publiés chez De Boeck concernant pour l'un les théories du contrôle et pour l'autre la théorie de l'auto-détermination. Ensuite sont venus les DU de Grenoble (Rebecca Shankland), de Metz (Cyril Tarquinio et moi-même) et enfin Tours (Colette Aguerre). La formation est un enjeu crucial pour une divulgation de qualité de la psychologie positive.

Dans ce paysage manquait une formation d'un plus haut niveau pouvant potentiellement ensuite déboucher sur des thèses, autrement dit un master. C'est maintenant chose faite et donc cette information est l'objet de ce post. Yvan Paquet a réussi, dans le prolongement de son travail pour le DU, a élaborer une maquette de formation solide qui permet l'ouverture en septembre prochain de ce nouveau master à l'université du Tampon à La Réunion. Vous trouverez des informations en cliquant ici. Vous trouverez également son adresse mail afin que vous puissiez avoir des renseignements complémentaires. Les inscriptions ont commencé. C'est donc le premier Master français fléché Psychologie Positive. Nous faisons sans doute partie du eu de pays européens qui ne pouvaient à ce jour pas proposer de formation de ce niveau. C'est donc maintenant chose faite. Merci Yvan ! A bientôt en souhaitant que vous et vos proches soyez en bonne santé ! Prenez soin de vous !



dimanche 22 mars 2020

Temps irréalistes...

Bonjour à Toutes et à Tous,
Inutile de revenir sur le fait que ce que nous vivons est absolument irréaliste, et ce pour un ensemble de raisons. Quels que soient nos avis, une chose est sûre, nous avons besoin de soutien. La question est de savoir vers qui se tourner et comment s'y prendre. Je vais donc faire assez court. Tout d'abord, je tiens à relayer le message qui est diffusé sur le site de l'Association Française et francophone de Psychologie Positive (AFfPP) que je préside : 
"Nous vivons actuellement une période difficile et inédite. Lorsque nous sortirons de cette situation, parce que nous en sortirons, nous serons toutes et tous différents. Il y aura assurément une transition entre un avant et un après, qui nous ouvrira probablement les yeux sur les grands enjeux humains à venir.
Commençons par remercier les aides-soignant.e.s, les infirmièr.e.s, les médecins qui prennent tant soin de nous ! Nous pouvons aussi remarquer un immense élan de solidarité, des initiatives spontanées d’entraide notamment en direction des plus faibles ou des personnes âgées. Louons ces comportements altruistes. Soutenons-nous les un.e.s les autres, chacun.e à notre niveau.
Évidemment, il convient aussi de ne pas se mettre soi-même et ses proches en danger en prenant un certain nombre de précaution, autant que possible. Cela permet d’ailleurs de pointer un élément important : il n’y a rien de plus anxiogène que de penser « qu’on n’y peut rien », « que quoi qu’on fasse, nous sommes tous exposés ». Nous pouvons adopter des comportements qui permettent à chacun de se protéger et de protéger les autres : se laver les mains, garder des distances suffisantes, respecter le confinement, etc. Donc, un certain nombre de gestes dépendent malgré tout de nous, de chacun.e à son niveau. Bref, ne culpabilisons pas si nous nous sommes peut-être laisser aller dans des peurs qui sont tout à fait légitimes, mais soyons responsables. 
Nous compatissons forcément avec celles et ceux qui sont dans la souffrance en ce moment, notamment avec celles et ceux qui ont perdu un proche. Malheureusement, des personnes sont déjà décédées et d’autres vont décéder chaque jour en raison du COVID-19 pendant un laps de temps que nous souhaitons aussi bref que possible. A ces personnes nous adressons tout notre soutien.
Mais ce message se veut avant tout porteur d’espoir. Tout d’abord, il est nécessaire de rappeler ici les capacités d’adaptation et toutes les ressources protectrices envers sa santé mentale que l’être humain possède, qui sont parfois oubliées ou enfouies mais que nous pouvons facilement réactiver dans ces moments. Il y aura certainement aussi des conséquences positives à ces événements qui touchent l’humanité. Nous allons sans doute revoir nos valeurs, nos priorités, ce qui donne du sens à nos vies, nos manières de nous occuper de nos proches, nos manières de consommer, de produire. La solidarité se développe. Faisons tout pour que cela perdure.

           Pour vous aider à traverser cette période difficile, l’Association Française et francophone de Psychologie Positive se propose de vous accompagner chaque semaine en vous communiquant des pratiques bénéfiques pour votre santé et votre bien-être (physique, mental et relationnelle). Dans les jours à venir, des ateliers vont vous être proposés pour vous aider à bien prendre soin de vous et de vos proches. Les parents y trouveront notamment leur compte. Dans certains cas, nous vous proposerons des vidéos pour guider vos pratiques quotidiennes. Nous vous préciserons ce que vous pourrez en attendre, en nous appuyant sur des données scientifiques". L'intérêt ici sera dans les outils qui vous seront proposés afin de vous accompagner au quotidien. 

Pour ceux qui sont intéressés vous pouvez également profiter du premier sommet digital francophone de la psychologie positive organisé par Martine Regourd-Laizeau (cliquez sur l'image pour accéder au site), sans doute l'une des premières française à s'être pleinement impliquée dans le champ et ayant très tôt participé aux congrès internationaux en Croatie par exemple, ou aux USA à Philadelphie.

Dans la même logique, le Centre Pierre Janet (CPJ), précurseur en France, propose plusieurs types d'outils avec une excellente introduction proposée par le Professeur Cyril Tarquinio qui le dirige. Vous aurez accès à cette vidéo en cliquant sur l'image ci-contre. Quant au CPJ, vous pourrez en savoir plus en vous connectant au site http://centrepierrejanet.univ-lorraine.fr/le-centre/ Selon votre localisation, vous pourrez par la suite éventuellement bénéficier de ses services.
Ce sera tout pour aujourd'hui et je vous prie à la fois d'excuser ce long silence et aussi le temps à réagir face aux événements que nous vivons toutes et tous en ce moment. Je vous souhaite de les traverser au mieux. En tant que Président de l'AFfPP, avec l'aide de mes quatre vice-présidentes, Antonia Csillik, Colette Aguerre, Rebecca Shankland et Ilona Boniwell, ainsi que celle d'Elisabeth Grimaud, récemment élue au poste important de secrétaire, et de Morgiane Bridou, trésorière, je vais faire de mon mieux pour vous accompagner et diffuser les éléments susceptibles de vous aider sur le site de l'AFfPP. Prenez soin de vous et de vos proches. A bientôt ! 







dimanche 15 décembre 2019

Une longue période de silence...

Bonjour à Toutes et à Tous !
 Cliquez
Cliquez sur l'image
Quatre mois sans mettre de post nouveau, c'est long. C'est aussi le signe que dans le champ de la Psychologie Positive l'activité n'est pas au ralenti, mais plutôt qu'un certain nombre de choses sont en gestation. A court terme, il y a le congrès en Islande qui va se dérouler fin juin. Les champs de l'éducation, de la psychologie organisationnelle ainsi que la santé seront très largement couverts avec les dernières nouveautés en matière de recherches et d'applications. On espère une délégation française qui soit à la hauteur de la qualité de la recherche française dans le domaine. Avant se tiendra à l'Ecole de Psychologues Praticiens de Paris, 23 rue du Montparnasse, la 1ère journée francophone dédiée à la recherche. Ce sera le 18 mai de manière à ce que ceux qui souhaiteront venir puissent éventuellement passer un week-end sur Paris avant. L'objectif sera de présenter l'actualité scientifique de la Psychologie Positive et de permettre à ceux qui communiqueront en Islande de faire une simulation, dans l'intérêt aussi de l'auditoire bien-sûr. Les informations seront postées ultérieurement. En matière d'actions de vulgarisation, plusieurs actions "La Semaine de la Psychologie Positive" sont organisées dans plusieurs villes de France, Paris, Lyon ou Nice. Evidemment, l'actualité en France, ce sont aussi l'ensemble des manifestations de mécontentement qui bloquent les uns et les autres. Evidemment, grande est la tentation de les incriminer. D'un autre côté, ces manifestations ne sont-elles pas légitimes ? Est-il normal que dans un pays riche comme la France des personnes basculent dans la pauvreté alors que d'autres sont de plus en plus riches ? L'intérêt du plus grand nombre est-il l'objectif des décideurs ou serait-ce celui d'une minorité ? Je laisserai à chacun le soin de répondre à ces questions. Toutefois, on peut se  poser la question de la contribution de la Psychologie Positive au débat. Comment chacun la voit-il ? Peine perdue ou réelle potentiel dans le débat ? Les jours qui approchent avec des événements plus ou moins festifs qui s'annoncent seront assurément dédiés à la méditation... Alors bonnes lectures, bonne méditation, et à bientôt !

samedi 17 août 2019

Melbourne, le rideau est tombé, en route pour Reykjavik !

Bonjour à Toutes et à Tous,

j'espère que l'été s'est bien passé pour le monde. Bien-sûr, il n'est pas terminé mais la fin approche tranquillement avec les nouveaux projets qui vont nous motiver. Avec un peu de recul, que retenir du congrès de Melbourne ? Tout d'abord, je pense qu'il est important de souligner la puissance de l'école hollandaise. Non seulement il y a des meneurs particulièrement productifs comme Wilmar Schaufeli ou Arnold Bakker mais en plus il y a des jeunes qui se révèlent également très créatifs. Pour preuve d'ailleurs, la nouvelle présidente élue de IPPA est hollandaise, Meike Bartels. C'est donc aussi le signe de la bonne santé de la psychologie positive à l'européenne. On ne peut qu'espérer l'émergence de la psychologie positive à la française. De nombreux chercheurs très actifs devraient permettre cette reconnaissance méritée à l'internationale, Cyril Tarquinio, Marion Trousselard, Antonia Csillik, Fabien Fenouillet, Jean Heutte, Yvan Paquet, Rebecca Shankland, Damien Tessier et bien d'autres qui voudront bien me pardonner de ne pas les avoir mentionnés. Bref, nous avons en France un véritable vivier de chercheurs dont de nombreux thésards très prometteurs. Il est nécessaire que nous communiquions afin d'expliquer ce que nous faisons les uns et les autres, et surtout que nous soyons présents lors des gros événements scientifiques. Ce qu'il y a à retenir, c'est la confirmation de thèmes dans le champ de l'entreprise comme les forces de caractère, le job-crafting, le leadership engageant, la passion. Il est clair qu'il y a là des pistes de recherches intéressantes ainsi que des applications potentielles qui devraient mériter une attention particulière. Pour finir, la croisée des champs est particulièrement d'actualité, psychologie, biologie, génétique, neurosciences. Autrement dit, il y a de belles perspectives de recherches qui devraient donner lieu à de belles publications. A suivre ! D'ici là, bonne fin d'été et bonnes lectures !

samedi 20 juillet 2019

En direct de Melbourne ! Suite !

Bonjour à Toutes et à Tous ! Les chiffres sont tombés. C'est définitivement le plus gros congrès de psychologie positive depuis que de tels congrès sont organisés. Pour l'IPPA, l'association mondiale, c'est un franc succès. Le nombre de participants dépasse les 1600 et il y a un nombre impressionnant de communications qui ont passé le cap des sélections, signe de la qualité de ce qui est proposé ici.
Des thèmes très forts reviennent. Tout d'abord, j'ai été marqué jusqu'à présent par le nombre de communications de très haut niveau concernant les liens entre le bien-être (qualité de vie, fonctionnement optimal, bonheur) et les facteurs biologiques. C'est vraiment une nouveauté dans la manière d'appréhender les choses. Les aspects en lien avec les neurosciences ont été particulièrement abordés également jusqu'à présent, ainsi que ceux en lien avec la génétique. Les forces de caractère ont fait l'objet d'une attention particulière, notamment dans le champ de la psychologie organisationnelle. On observe bien les différentes phases de la recherche en psychologie : l'étude des liens entre les variables et l'étude des processus impliqués ; la mise au point d'interventions dans différents domaines ; et pour finir l'évaluation des dites interventions. Par contre, pour le moment il n'y a rien eu sur les effets de l'activité physique et le "corps" semble globalement absent. Ce sont autant de pistes pour le prochain congrès européen qui se déroulera à Reykjavik en Islande l'été prochain. A bientôt !

mardi 16 juillet 2019

Le 6ème congrès mondial de Psychologie Positive, c'est parti !

Bonjour à Toutes et à Tous,
avec la réunion du comité directeur de l'Association Mondial de Psychologie Positive (IPPA) de ce matin a été lancé le 6ème congrès mondial qui a lieu cette année à Melbourne ! C'est évidemment une destination de rêve vu de France mais là, c'est l'hiver, il fait froid et il pleut... par contre, l'ambiance est au beau fixe et les perspectives sont vraiment très intéressantes avec en point d'orgue un ensemble
La traditionnelle photo de famille avec certaines sommités,
le suisse Willibald Ruch à droite, Lea Waters(présidente)
 et Barbara Fredrickson à ma droite.
de collaborations qui se mettent en place sur la qualité de vie des élèves et des étudiants, à la fois dans des axes de recherche et dans des axes d'applications et interventions, avec implication ou pas des familles. En tant que français, je me sens bien évidemment concerné par cette orientation forte du réseau IPPA pour les prochaines années. La souffrance des élèves à l'école est une réalité en France et elle passe forcément aussi par la qualité de vie au travail des enseignants. C'est bien dans cette perspective que s'inscrivent plusieurs thèses en cours que j'encadre. J'espère que les données seront révélatrices de ce que nous supposons avec mes étudiants de manière à avoir de quoi proposer des communications pour le prochain congrès. Le lancement officiel pour les participants sera demain. Il est possible de suivre l'actualité sur le site de l'IPPA. Je vais essayer de donner des nouvelles régulièrement en direct de Melbourne mais maintenant vous me connaissez, ce n'est pas gagné alors d'ici mon prochain post, je vous souhaite de bonnes lectures !!! A bientôt !

lundi 20 mai 2019

Le Second Congrès francophone de Psychologie Positive, c'est fini ! Place au 3ème en 2021

Bonjour à Toutes et à Tous, le congrès de Metz qui s'est tenu du 15 au 18 mai est maintenant terminé et vient l'heure du bilan. Tout d'abord, on ne peut que saluer le niveau des communications qui ont été assurées par les différents intervenants, que ce soit dans les champs de l'éducation de l'éducation, de la santé ou de l'entreprise en passant par la société au sens large. Par ailleurs le type de communication a été apprécié entre les conférences académiques (45'), les conférences "flash" (15') et les communications orales issues de la sélection des soumissions. Ce format sera reconduit. Ce congrès a été l'occasion de présenter notre nouvel ouvrage à Cyril Tarquinio et moi-même (voir post précédent).

Les prochaines échéances sont à très courts termes avec tout d'abord une conférence que je vais assurer dans le cadre d'une manifestation sur l'éducation. L'objet est bien évidemment en lien avec ce qui peut se passer à l'école et les paris auxquels sont contraints les enseignants dans leur quotidien. A l’école, « L’EPS amène les enfants et les adolescents à rechercher le bien-être et à se soucier de leur santé » (BO spécial du 26 novembre 2015, p.46). Il est possible de convenir que non seulement il faille étendre cet objectif à l’ensemble des disciplines scolaires mais aussi au lycée, voire à l’université. Dès lors il est permis de s’interroger sur la pertinence de cet objectif. Est-ce vraiment du ressort de l’école ? Si oui, pourquoi ? Considérant que la vocation première de l’école est d’en faire le lieu des apprentissages, quel intérêt cela peut-il avoir de s’intéresser au bien-être des élèves ?

On verra qu’au travers un certain nombre d’indicateurs tout semble se passer comme si primait encore actuellement l’idée d’une école culturaliste, fondée sur des savoirs académiques, plutôt qu’une école humaniste. C’est la raison pour laquelle l’objectif de cette communication sera tout d’abord de brosser un état des lieux de la situation à l’école en termes de qualité de vie des élèves. Ensuite, il s’agira d’apporter des éléments de réponses aux questions posées afin finalement d’envisager des pistes de réflexion destinées à venir apporter des éléments de solutions aux problèmes posés. A plus longs termes, en matière d'échéances, ce sera le congrès de Melbourne. D'ici là, je vous souhaite d'excellentes lectures ! A bientôt !